Accueils'identifierContactPlan du site
TwitterfacebookSourds et malentendants
Version Impression

Le Jury du Festival 2007




Orso Miret
Né en 1964, Orso Miret a suivi la section réalisation de la seconde promotion de la Fémis, dont il est sorti en 1990 avec “De l’histoire ancienne”. En 1995, “Dans la forêt lointaine” est sélectionné à Brest et dans de nombreux festivals. “Une souris verte” confirme dès l’année suivante le talent de mise en scène et l’univers singulier de celui qui développe alors, en pleine fidélité avec ses producteurs de Sunday Morning, un premier long métrage reprenant le titre de son film de fin d’études : “De l’histoire ancienne”. Présenté et primé à la Semaine de la Critique à Cannes en 2000, ce film à la mise en scène épurée reçoit le prix Jean-Vigo de la meilleure première oeuvre. En 2004, Orso Miret tourne en Corse, d’où sa mère est originaire, son deuxième long métrage, “Le silence”, qui réunit Mathieu Demy et Natacha Régnier. En 2007, il travaille à l’écriture d’un troisième opus, tandis qu’on peut le voir devant la caméra de Jocelyne Desverchère dans le court métrage “Je suis une amoureuse”.




Lubna Azabal
Née à Bruxelles, Lubna Azabal a été formée à la Kleine Academie et au Conservatoire Royal de Bruxelles. Elle a débuté dans des courts métrages tels que “Le Sourire des femmes” de Stéphane Vuillet (1996) et “J’adore le cinéma” de Vincent Lannoo (1998), avant de monter sur les planches pour une pièce de Federico Garcia Lorca et d’être révélée au grand écran en 2001 avec “Loin” d’André Téchiné, qu’elle retrouve avec “Les Temps qui changent” en 2004. Entre temps, on l’aura vue notamment dans le rôle principal de “Viva Laldjérie !” de Nadir Moknèche et aux côtés de Romain Duris dans “Exils” de Tony Gatlif, présenté en sélection officielle au Festival de Cannes. En 2007, elle est à l’affiche du premier long métrage réalisé par Jalil Lespert, “24 mesures”, présenté en avant-première au Festival de Brest, où on avait déjà pu la voir en compétition, l’année précédente, dans le court métrage fantastique “Écho” de Yann Gozlan. On retrouvera prochainement Lubna Azabal dans une production israélienne, “Strangers”.

Etienne Davodeau
Né en 1965 dans les Mauges, après une enfance des plus simples et un bac obtenu avec succès, Étienne Davodeau s’inscrit à la fac, section Arts Plastiques. Avec quelques amis, qui nourrissent le même intérêt que lui pour la bande dessinée, il fonde le studio Psurde, modeste association qui leur permet de publier leurs premiers travaux. Après quelques années, il cède aux encouragements de sa femme et écrit le scénario de ce qui va devenir son premier livre, “L’homme qui n’aimait pas les arbres” en 1992. Suivent une vingtaine d’autres albums dont “Rural”,“Les mauvaises gens” et “Un homme est mort” co-écrit avec le scénariste brestois Kris. Ces trois titres ont tous les trois recueilli des récompenses en festivals.




Martine Giordano
Née à Paris, Martine Giordano est la chef-monteuse attitrée d’André Téchiné, avec qui elle a collaboré sur onze films, depuis “La Matiouette ou l’arrière pays” en 1983 jusqu’au récent “Les Témoins” (2007), en passant par “Rendez-vous”, “Les Roseaux sauvages” et “Alice et Martin”. Auparavant, elle avait débuté dans les années 60 sur des films de Philippe Garrel et Maurice Pialat, montant notamment la fameuse série télé réalisée par ce dernier, “La Maison des bois” (1971), ainsi que “Passe ton bac d’abord” (1979). Martine Giordano a aussi travaillé avec des cinéastes aux personnalités aussi diverses que René Allio, Véra Belmont, Élie Chouraqui, Jean-Pierre Améris, Arnaud Desplechin, Philippe Le Guay ou encore Xavier Beauvois. En 2007, elle a été nommée au César du meilleur montage pour “Quand j’étais chanteur” de Xavier Giannoli. Elle est également enseignante à la Fémis.

Indre Blusiute
D’abord étudiante à l’Académie de musique de Lituanie, Indre Blusiute a fini par laisser libre court à sa passion, le théâtre, en étudiant à la Faculté de théâtre et de cinéma. Devenue actrice professionnelle, elle a joué dans plusieurs spectacles à Vilnius et à l’étranger. Puis elle a décidé de traverser le miroir dans l’autre sens. Le cinéma, et plus particulièrement le court métrage, a pris de l’importance dans sa vie. Depuis cinq ans, elle est responsable de programmation, ainsi que coordinatrice générale de deux festivals en Lituanie : le Festival international de court métrage “Tinklai” et la Compétition internationale du court pour le Festival de Vilnius “Kino pavasaris”.

Les Prix 2007

Prix Révélation du Festival Européen du Film Court de Brest
Dotations en aides techniques au réalisateur d’un film français, d’un montant de 16 800 euros pour un court métrage ou 18 900 euros pour un long métrage, offertes par :
Kodak :3 000 euros de pellicule
Panavision : Matériel caméra : 5 500 euros pour un court métrage en S16 mm ou 8 500 euros en 35 mm
Ciné Lumières de Paris : Matériel éclairage : 2 300 euros pour un court métrage ou 6 900 euros pour un long métrage
Télétota : Moyens techniques : 3 000 euros pour un court métrage ou 9 000 euros pour un long métrage

Grand Prix du Film Court de la Ville de Brest
3 050 euros offerts par la VILLE DE BREST au réalisateur lauréat de la compétition européenne

Prix Européen du Conseil Régional de Bretagne
Dotation de 3 050 euros offerte par le CONSEIL RÉGIONAL DE BRETAGNE au réalisateur d’un film européen hors France
Achat du film primé par FRANCE 2

Prix Moyen Métrage du Conseil Général du Finistère

Dotation de 3 050 euros offerte par le CONSEIL GÉNÉRAL DU FINISTÈRE au réalisateur d’un film européen de plus de 25 minutes

Prix du Public de la Fondation Groupama GAN
Dotation de 3 000 euros offerte par la FONDATION GAN POUR LE CINÉMA au réalisateur d’un film européen

Prix Beaumarchais du Meilleur Scénario
Dotation de 1 500 euros offerte par l’Association BEAUMARCHAIS au réalisateur (partage entre le scénariste et le réalisateur le cas échéant) d’un film francophone, assortie d’une bourse complémentaire éventuelle de 2 500 euros pour l’aide à l’écriture d’un long métrage.

Prix France 2
Achat du court métrage primé par FRANCE 2.
Ce prix concerne la sélection francophone officielle.

Prix Fujifilm de la meilleure collaboration réalisateur/directeur photo
Dotation de 4 000 euros ttc offerte par FUJIFILM en pellicule au réalisateur d’un film français.
le chef opérateur se verra remettre un appareil photo numérique FUJIFILM.

Prix du Jury Jeune
Dotation de 800 euros offerte par la DIRECTION DÉPARTEMENTALE DE LA JEUNESSE ET DES SPORTS au réalisateur d’un film européen.

Prix d’Interprétation
Un week-end pour deux personnes à Istanbul offert par SELECTOUR SUN 7 VOYAGES (Paris - Istanbul + 2 nuits d’hôtel/à valoir avant le 30 septembre 2008).

Grand Prix Cocotte Minute
Dotation de 750 euros par l’ASSOCIATION CÔTE OUEST au réalisateur d’un film Cocotte Minute.

Prix Canal + Cocotte Minute
Achat par CANAL + d’un film Cocotte Minute.

Prix des “Passeurs de Courts”
Dotation de 1000 euros remis au lauréat par Cinéphare, réseau de salles de cinémas du Finistère et sept de ses adhérents : L’Agora à Châteaulin, Le Club à Douarnenez, La Salamandre à Morlaix, L’Image à Plougastel-Daoulas, Le Dauphin à Plougonvelin, Chlorofilm à Quimperlé, Le Bretagne à Saint Renan.
Le film primé sera diffusé dans les salles en 2008.

La Maison Bouvet-Ladubay offre à tous les lauréats présents un magnum de la cuvée Saphir Brut millésimée.
 
Mentions légales
Powered by diasite