Accueils'identifierContactPlan du site
TwitterfacebookSourds et malentendants
Version Impression

  La Cinémathèque de Bretagne

B comme Brest
 Le manteau de papier, un film d’Olivier Bourbeillon
France/1988/35mm/couleur/24’

B comme Berlin
Chute du mur et Mauerspechte (pics-verts du Mur)
France/1989/video 8/couleur/extrait

B comme Belgrade
France/1990/video 8/couleur/extrait

B comme Budapest
Reportage de TV2
France/1991/couleur/extrait

B comme Beyrouth
France/1994 /video 8/couleur/extraits

B comme Bordeaux
Reportage
France/1997/couleur/extrait

Durée totale du programme : 70’

B comme Berlin, B comme Bloas
« N’avez-vous jamais rencontré, au détour d’un coin de rue, d’une porte ou d’un escalier, un géant qui part en lambeaux ? Cela pourrait vous arriver lors d’une promenade à Berlin, Beyrouth  Bordeaux, ou dans bien d’autres villes encore.
Ces étranges personnages sont l’oeuvre d’un insatiable voyageur qui a choisi les murs pour s’exprimer. Ou plutôt, ce sont les murs qui l’ont choisi pour s’exprimer. Jusqu’à présent ils avaient des oreilles, ils ont maintenant une bouche pour raconter tout ce qu’ils ont entendu. Car Paul Bloas les fait parler ; plus précisément, il les fait transpirer. La peinture tonitruante de cet artiste brestois vous remue au plus profond de votre chair. Ces colosses tremblants sont un condensé des passions humaines, balancé sur le papier avec l’énergie du désespoir. Ils ont le poids du monde sur les épaules mais leurs rondeurs et leurs couleurs délavées par les affres du temps les rendent incroyablement proches, tout simplement humains. » Hervé Géréec pour L’oeil électrique #5

En 1987, l‘artiste brestois Paul Bloas vit et travaille à Berlin, boursier de l’Office Franco-Allemand pour la jeunesse, il participe à l’exposition internationale “Mythos Berlin” pour le 750e anniversaire de la Ville.
D’octobre 86 à juillet 87, il colle ses géants de papier sur les murs des vieux quartiers, des friches industrielles, aux pieds des ponts. Il écrivait alors : « Dans ses réalités géographiques, la province brune est, tel un puzzle éclaté, posé sur du sable. A travers ruines et bâtisses en désuétude, ce sol rongeur nous montre l’aspect précaire d’une ville lançant un appel pathétique. Berlin doit donc se régénérer en permanence afin d’éviter de sombrer dans l’oubli ».
Bertheaume en 86, Berlin en 87, Brest en 88, Berlin à nouveau en 1989, Belgrade en 90, Budapest en 91, Bilbao en 92, Beyrouth en 1994, Bordeaux en 1997… c’est à travers cet itinéraire urbain composé de B majuscule que la Cinémathèque de Bretagne vous invite. Notre rôle est de conserver et mettre en valeur le patrimoine audiovisuel de notre région, cette proposition que nous faisons à l’occasion du vingtième anniversaire de la chute du Mur de Berlin, a pour objet de vous faire (re)découvrir l’oeuvre d’un artiste plasticien, photographe et vidéaste breton et brestois.
En dehors du film qu’Olivier Bourbeillon lui consacra en 1988, il s’agit de documents que Paul Bloas filma ou rassembla dans les années 80, préfigurant ainsi le film qu’il réalisera à Madagascar beaucoup plus tard. Ceux des vidéos amateurs riches d’informations, des reportages de TV2 à Budapest, des sensations sur la vie d’alors et ce travail éphémère.
Vingt ans déjà… une génération…

 

 
Mentions légales
Powered by diasite